Monstre mélomane

centaure-barde

Composition de Cochonfucius

Un centaure avec crainte approche
Pour entendre de près
La forte lyre qui décoche
De mélodiques traits.

Pour lui, ces notes qui l’attirent
N’ont rien de rebutant ;
Il ne sait pas que dans l’Empire
On en est mécontent.

Mais le centaure est trop timide :
Il s’éloigne, songeur,
Dansant au couchant, dont, limpide,
Se répand la rougeur.