Scribe pensif

melancholy

Toile de Edvard Munch

Dans un recoin d’un palais morne,
Un scribe est enfermé ;
Il se souvient, en vers sans borne,
D’avoir jadis aimé.

Mais de sa mémoire pâlie
Ne sort rien de nouveau ;
Rien que de la mélancolie,
Des visions de tombeau.

Ne se croit-il pas sur la grève
D’une mer de douleurs ?
Il a perdu le goût du rêve
Et la saveur des pleurs.

Pardonne-lui, sombre déesse,
Il n’est pas éternel :
Bien éphémère est sa détresse,
Lui pardonne le Ciel.