Amour nelliganien

Flora-Titien

Toile du Titien

Émile voit en rêve une dame charmante,
Avec grande douceur il en est regardé ;
Sur son dernier sonnet la vierge complimente
Le délicieux auteur, par les muses guidé.

Lui faisant oublier le mal qui le tourmente,
L’angélique harmonie calme un coeur saccadé ;
On lit dans le regard de la sainte clémente
Le pardon pour l’enfant, de l’école évadé.

Émile cependant de ses yeux ne la quitte,
Tel un flâneur ayant trouvé une pépite
D’or au fond d’un torrent dévalant à grands traits ;

Tel un insecte pris dans l’amour d’une flamme,
Il voudrait que jamais ne parte cette dame
Qui pour lui seul, le soir, au dortoir apparaît.