Lointains collègues

rimeur

Composition de Cochonfucius

Les rimeurs d’autrefois sont des gens que j’adore.
Je recherche leurs vers en tout temps, en tout lieu,
Eux qui, plus d’une fois, m’en mettent plein les yeux,
Ainsi que fait au ciel la Boréale Aurore.

Et peut-il de ma plume un tel langage éclore,
Moi que sous ce rapport n’ont point béni les dieux ?
Il ne m’importe guère, et je fais de mon mieux
Pour que l’alexandrin aujourd’hui vive encore.

Ce verdoyant jardin, s’il est assez petit,
A quelques végétaux pas trop mal assortis ;
Les saisons de l’année à travers lui sont belles.

Et je dis à l’hiver, le voyant revenir,
Que ma muse jamais ne l’en va retenir,
Car même lui, si froid, eut des bontés pour elle.