Nef allant vers ailleurs

j-l-david (2)

Toile de JL David

La trirème voguant sur une mer étale
Ne porte de rameurs dans aucun de ses rangs,
Mais plus vite se meut que même un trimaran :
Cela par la magie d’une jeune vestale.

Elle guide la nef loin des villes brutales,
Loin du stérile culte et loin des soupirants,
Vers le Ponant où sont des oiseaux délirants
Et (dit un vieux grimoire) une Inde Occidentale.

Qui l’attend sur la rive ? Un berger fou d’amour ?
Une troupe marchant au fracas du tambour ?
Un fabuleux troupeau de bacchantes lascives ?

Un Alexandre fier ? Un Diogène tout nu ?
La vestale entretient une espérance vive :
Que strictement désert soit ce monde inconnu.