Un page de la Cour

page-de-la-cour

Composition de Cochonfucius

C’est la fille du roi qui m’offrit une bague,
Elle qui maintenant navigue au long des vagues ;
Et moi, je deviendrai peut-être un doux berger
Ou bien un jardinier soignant les orangers.

S’il se tourne vers toi, mon regard est amer,
Toi que j’aimais tant voir, splendide et vaste mer ;
Et les oiseaux marins, lorsque je les écoute,
Je n’aime plus leur voix, ça me met en déroute.

Je partirai d’ici, pour des mois, pour des ans,
Et je ne craindrai pas les trajets épuisants ;
Et je surmonterai les embûches du monde,
Mais nul ne me verra naviguer sur les ondes.