Bar d’Antonin

encompagnedantoninartaud

La muse d’Antonin lui parle en sa taverne.

Il préfère écouter les récits d’un marin,
Les propos décousus d’un nouveau Tabarin,
Ou ceux d’un inconnu, lecteur de Jules Verne.

La muse d’Antonin rêve, et le laisse boire.

Le soleil de midi le faisant transpirer,
Il n’aurait pas envie, en plus, d’être inspiré !
Sans écrire, on boit mieux, cette chose est notoire.

La muse d’Antonin songe à de verts alpages.

Mais lui, sans rien, d’ailleurs, y trouver de nouveau,
Regarde défiler les eaux du caniveau ;
Et puis, demain, peut-être, il écrira deux pages.

La muse d’Antonin
Attend qu’on soit demain.