Jardin lointain

paul-klee-aigle

Composition de Cochonfucius

Errant un soir au jardin plutonien,
Je fus charmé de son heureux ombrage :
Si foisonnants en furent les feuillages
Que l’on eût dit d’un bois amazonien,

Ou des vergers dont les Babyloniens
En leurs écrits ont donné témoignage ;
Ou de l’Eden, d’où notre humain lignage
Fut exilé par décret draconien.

Après souper, des joueurs de cithare
Firent sonner, pour un vieux roi barbare,
Un air guerrier sous ces nobles rameaux ;

Ô longue nuit de musique baignée
Et d’une voix de muse accompagnée,
Consacre Eros, et Bacchus, son jumeau !