Plume inlassable

la-lune

Simon Runting

Je me tiens à ma table ainsi qu’un chroniqueur ;
Je bichonne à loisir mes textes qui s’allongent,
Créant un monde heureux dans lequel je me plonge,
Où tout se manifeste et vit selon mon coeur.

J’entends le rossignol et le merle moqueur
Qui demandent pourquoi, sur des mots, je me ronge ;
Mais vous, gentils oiseaux, ne dites-vous vos songes
Au peuple des guérets, à cet aimable choeur ?

Votre voix, au bocage, habilement balance
De sonores éclats et des temps de silence ;
Comme vous, je m’exprime (en faisant moins de bruit).

Comme vous, j’aime avoir une simple tribune
Où je me tiens le jour ; et, dès que vient la nuit,
Je déclame un beau vers pour amuser la lune.