Jours insaisissables

12315_900

Que l’humain soit actif ou bien qu’il se repose,
Il subit la durée qu’il ne maîtrise pas.
Il laisse tout glisser, mais sans baisser les bras :
Il calcule sans fin corrélations et causes.

Il réfléchit beaucoup, gardant ses lèvres closes.
Quand l’imagination veut prendre ses ébats,
Il la force à penser au sinistre trépas
Pour qu’à trop de gaîté la gravité s’oppose.

Homme, quoi que l’on fasse, on est pris en défaut !
À la complexité ne donne plus l’assaut ;
Va donc comme le temps et le rêve te portent.

Et si des cauchemars te tracassent toujours,
Reçois-les, un par un, nuit par nuit, jour par jour ;
Laisse-en la plupart se morfondre à ta porte.