Danse avec les muses

Romano-dance_of_the_muses

Toile d’après  Giulio Romano

En avons-nous rimé, des sonnets, sous vos yeux !
Une muse souvent, avide, inassouvie,
Veut par de tendres mots être prise et ravie,
Car ils sont les degrés qui la mènent aux cieux.

Or, voici que ces mots surgissent, petits dieux
Qui donnent à la muse une troublante vie,
Répondant par avance à toutes ses envies
Et caressant son coeur, en faisant de leur mieux.

Qui dira la douceur d’un tercet qui survient
Pour renforcer le sens, pour affiner l’idée,
Pour remplir de stupeur la muse transcendée !

J’ai pour muse une rose, ou bien, une hirondelle,
Ou parfois, la nuit noire où ne chante plus rien.
(Mais dans ce rien, j’entends le silence des ailes).