Sourires d’étudiantes

michele-del-campo-painting (3)

Toile de Michele Del Campo

Un poète aimant le printemps
En admire les paysages ;
Il admire aussi les visages
Des demoiselles de vingt ans.

Il entend leurs phrases légères
Qui s’échangent dans le métro ;
Il songe que c’est presque trop
D’honneur, de telles messagères

Plus fines que des hirondelles,
Tenant d’insignifiants propos
Face aux voyageurs en troupeau
Qui sont leurs auditeurs fidèles.