Breuvage

velleda-charles-voillemot

Toile de Charles Voilemot

La vestale, au milieu des amphores sacrées,
Respire le parfum d’un petit vin léger ;
Les druides auprès d’elle aiment boire et songer,
Les yeux dans les reflets de leur coupe nacrée.

Ils évoquent le Nil entouré de roseaux
Barrant du Sud au Nord l’Egypte lumineuse,
Venu, probablement, d’une pente neigeuse
Si l’on en juge par la froideur de ses eaux.

Ils parlent de la Lionne, éternelle affamée,
Du Babouin dont la science est partout acclamée,
De l’Ibis à l’esprit clair comme du cristal,

Du Scarabée par qui le jour meurt et commence
À nouveau, franchissant l’inframonde fatal ;
La vestale est ravie de leur savoir immense.