Autre miroir obscur

Girl In Boudoir, Oumbertos Argyros

Toile de Oumberto Argyros

Le poète, attiré par un regard charmant,
S’effraie de ne point voir, pourtant, ce qu’il reflète.
Nul éclat, nul désir, nul feu, nulle paillette…
La princesse au boudoir traîne languissamment.

Nul songe ne palpite en ces deux diamants,
Nulle onde ne parcourt leur surface parfaite ;
La belle n’est pas triste, et n’est pas inquiète,
Combien froid, cependant, est son rayonnement !

L’infini n’atteint pas ce beau foyer sans flamme,
Nul reflet ne surgit, dans ce miroir si beau
Qu’on voudrait y sentir la chaleur d’un flambeau.

La belle n’entretient aucun feu dans son âme,
Sibylle savourant un calice idéal
Dont rien ne vient troubler le transparent cristal.

Advertisements