La princesse et le paysan

love

Toile anonyme

Un paysan de Chine hors de toute noblesse
Qui ne connaissait rien et n’avait rien appris
Fut monstrueusement et violemment épris
De la fleur du palais la plus belle princesse

Il l’avait entrevue au bord de la grand’route
Il avait entendu un de ses mots charmants
Il rêva plusieurs nuits qu’il était son amant
Ce qui dans son esprit amena la déroute

La belle était comme un bel astre dans l’azur
Il lui a dédié quatre-vingts paraboles
Et il n’a reculé devant nulle hyperbole ;
La belle lui a dit : Ton langage est obscur.

Du sentiment entre eux ils étaient incertains.
Un jour c’était joli comme en ce beau poème,
Le lendemain trop triste et désespérant même,
Cela pouvait changer entre soir et matin.

Ils ont eu des adieux et des retours tragiques,
Des réconciliations qui font que l’air est doux,
Des accès de chagrin venant on ne sait d’où.
L’amour vraiment c’est tout sauf la potion magique.

Et puis au dernier jour ils se sont dit les choses
Qu’ils avaient à se dire avant de mettre fin
A un étrange amour les laissant sur leur faim.
Un chemin pour le prince, un autre pour sa rose.

* * * * *

Advertisements