Laforgue voit des oiseaux

Spring

Peinture chinoise

Voici venir le temps des savoureux costumes
Sur les quais de la Seine, et sur les boulevards.
Le très proche printemps s’annonce au ciel blafard,
Et déjà nos jardins au matin se parfument.

Du vert par-ci par-là, quelques fleurs dans la brume,
Telles que les refont, chaque année, nos regards,
Avec un peu d’avance ou un peu de retard,
Et déjà nos oiseaux montrent leurs neuves plumes.

De ce printemps nouveau, la splendeur est en route,
Elle a mûri dehors, sans que ton coeur s’en doute.
« Il rit d’oiseaux, le pin de la façade nord ! »

Oiseaux qui des beaux jours portent la certitude,
Dont le chant nous émeut par une plénitude
Qui nous apaise, et qui nous rend un peu plus forts.