Apollinaire voit des anges

08. Hare, St. George - The Angel's Love, 1908

Toile de St George Hare

Apollinaire a dit : « Il neige, on voit des anges ».
Quel merveilleux propos ! « Deux anges costumés,
Dont l’un est cuisinier, occupé à plumer
Une oie (pour les flocons) et l’autre (c’est étrange)

Officier en tenue, est-ce donc lui qui mange
La chair de l’oie rôtie, a-t’il donc allumé
Un feu que nul, pourtant, ne semble voir fumer…
Et d’autres sont chanteurs, cela ne nous dérange

Pas, car c’est un métier qu’on leur voit souvent faire. »
Voilà, ce texte n’est pas truffé de mystères,
Pourquoi fut-il écrit, pour rien, pour des amours

Que la vie contrarie, une vie de poète
Qui au quotidien donne un petit air de fête ;
Un bon sujet de thèse : « Il neigeait, un beau jour ».