Fantôme élastique

vagabond-1

Toile de Remedios Varo

Pour pantoufles, j’avais des bottines crevées.
Sur le démesuré, je dressais l’idéal;
De froids péchés s’enflait mon plumage féal,
Neutralité de teinte en les choses rêvées.

Passant près d’une haie, j’entre en un large trou.
J’avais bien combattu, j’avais fini ma course,
J’avais saisi plusieurs diamants de la Grande Ourse,
Nourri des faims de loup avec mon corps frou-frou,

Pris des voies négligées par l’inspecteur des routes,
Et brûlé mes deux yeux qui réclamaient des gouttes.
Tout est permis à ceux qui s’en vont, par vigueur,

Se perdre en un pays de flammes fantastiques.
Qu’est-ce donc que mon âme ? Un fantôme élastique,
L’hiver dans mon cerveau, le printemps dans mon coeur.

Advertisement