Navigations

Carte_du_Tendre_800

Attribuée à François Chauvau

Le primate humain voit qu’il n’a pas de nageoires,
Alors il s’investit dans la navigation.
Il apprend les secrets de la propagation,
Et, par le vaste monde, il se couvre de gloire.

Pas d’ailes sur ce corps, est-ce rédhibitoire ?
A peine a-t’il posé cette interrogation
Que le voilà parti en investigations
Jusqu’à trouver la clef du vol libératoire.

Il veut ensuite aller jusqu’aux exoplanètes
Afin d’y contempler des plantes et des bêtes
D’un genre et d’un aspect nouveaux pour les humains.

Un continent, pourtant, lui reste inconnaissable,
Celui du coeur de l’Autre, aux désirs ineffables :
Il ne sait toujours pas en prendre le chemin