Arthur (again)

1280px-Henri_Fantin-Latour_005

Toile de Fantin Latour

Au profond du profond, j’ai ton portrait inscrit,
Pour mon incarnation j’aurais choisi Arthur,
Un troubadour maudit, un amant au front pur
Dont l’amour discordant n’a pas fait un proscrit.

Dans ta chanson rugit un sanglot ou un cri,
Un abracadabra, un talisman obscur
Qui nous conduit à toi, au nirvâna futur
Dans la divagation, plaisir du manuscrit.

Dix ans auparavant, oraison sur ta mort,
Disparu si brillant, si palpitant, si fort.
Qui vous lit sans faux pas, ô Illuminations ?

Toi plus moi, vivrons-nous dans un confus brouillard,
Soupirant sur la mort, un vil, un noir grognard,
Sur nos trois tons plus un, nos vocalisations ?