Un papillon

butterfly

Peinture japonaise

Un papillon de mai vole auprès du canal,
L’eau en est noire et froide, immobile et profonde.
Cet azur printanier vient-il de l’inframonde ?
Porte-t-il avec lui un message infernal,

Ou sort-il seulement du sommeil hivernal ?
A de telles questions, je doute qu’il réponde,
D’ailleurs, il n’est plus là, depuis quelques secondes ;
Ce n’était qu’un azur fugitif et banal.

Le temps que je l’observe, il a quitté la scène ;
Préférant au canal les berges de la Seine,
Il est parti d’ici pour ne plus revenir.

Ainsi à notre esprit des idées apparaissent,
Puis meurent dans l’instant où l’on s’y intéresse,
Sans que nous en gardions le moindre souvenir.