Une hirondelle

woman-with-flower-head

Dessin de Dali

Sous mon toit autrefois revenait l’hirondelle,
J’entendais ses enfants égayer ma maison.
Elle est absente, il faut se faire une raison ;
En ce monde incertain, qui peut être fidèle ?

Sur de vieilles photos, femmes jeunes et belles,
Qu’en est-il aujourd’hui de votre floraison ?
S’il faut se séparer au bout d’une saison,
C’est que l’été invite à des amours nouvelles.

Tu as mis ta tendresse en ce bel au revoir,
Que tu te portes bien, c’est mon plus grand espoir,
Qu’il y ait près de chez toi un chevalier qui t’aime.

Tu as mis dans ma vie des instants merveilleux
Pour lesquels j’aurais cru être déjà trop vieux,
Pour les vers que j’écris, tu es le plus beau thème.

Advertisements