Tartuffe au couvent

Tartuffe

Toile de Cornelis Van Haarlem

Si j’étais confesseur des nonnes carmélites,
J’aurais belle chambrette et ne serais stylite.
La loi m’éviterait les travaux affligeants,
L’ascèse difficile et l’effort dérangeant.

Pour que les filles soient sauvées de la géhenne,
Je disséquerais leur conscience arachnéenne.
J’aurais place en leur coeur, sans moi inhabité,
J’adoucirais de pleurs leur cérébralité.

Je placerais ici ou là quelques caresses
Que l’on excuserait comme des maladresses :
L’eau calme d’un couvent n’est jamais sans récifs.

Un confesseur absout même son propre mal,
L’ange ne fait, car il ne veut être animal…
Plaisir que Dieu permet peut-il être nocif ?

Advertisements