La grandeur du ciel

dali-grafike-mala5

Toile de Dali

Pour féconder le sol, il faut que le ciel pleure.
Mais le ciel pleure, ou rit, en se moquant du sol,
Que le vivant exulte, ou qu’il manque de bol,
Ça ne dérange pas l’entité supérieure.

Il n’a rien à cirer des vermines mineures .
Quand une envie lui prend, il n’y met nul bémol,
Et chacun peut souffrir, jeune ou vieux, sage ou fol,
Le ciel n’a nul souci que l’homme vive ou meure.

Mais le primate humain aime tant voir le ciel
Qu’il veut lui conserver cet air providentiel
Dont l’avaient affublé nos religieux ancêtres.

Et le voilà lançant au ciel des rogations,
Des formules, des sorts et des imprécations…
Le ciel, majestueux, persiste dans son être.