La roue

kalachakra

Mandala tibétain

Nos chemins ici-­bas ne sont jonchés de roses,
Et tout ce que l’esprit trouve à ronger de choses
Lui résiste au point qu’il doit les laisser en plan :
Nos rêves bien souvent nous le vont rappelant.

Sur le bord d’une roue qui sur rien ne repose,
Tu surmontes la peur dans ton esprit éclose.
Tu sais distinguer l’être en observant l’étant,
Tu sais que tu ne sais pas percevoir le temps,

Rien que le mouvement de ce qui toujours meurt
Sans sursaut, sans tristesse et surtout sans clameur :
Qui n’est pas éternel, disons-­le transitoire.

De principal rayon la roue n’a pas, vraiment,
Et sans cause et sans but sont tous ses mouvements :
Sans aucun scénario se déroule l’Histoire.

Advertisements