un dimanche auprès d’une église

0507

Peinture traditionnelle chinoise

Le printemps nous invite à des amours nouvelles
Je n’ai jamais voulu t’installer en prison
Ni construire une histoire ignorant la raison
Hélas sur tes portraits comme je te vois belle

Sous mon toit dans trois jours reviendra l’hirondelle
Pour elle ce sera le temps de couvaison
J’entendrai ses enfants égayer ma maison
A toi j’aurais voulu pouvoir être fidèle

Mais au bas d’une église on s’est dit au revoir
Puisque notre aventure est vraiment sans espoir
Nous entendions la cloche annoncer un baptême

S’il est permis d’écrire un aveu laborieux
S’il est permis d’écrire ici ce mot sérieux
Princesse, je t’aimais, je t’aimerai, je t’aime

Advertisements