Autre monde nocturne

sleeping woman

Toile de Picasso

Le conte ne dit pas quelle première phrase
Murmure à son éveil la belle au bois dormant,
Ni ce que lui répond son cher prince charmant.
Pas grand­-chose sans doute, un propos sans emphase.

Le sommeil prolongé qui procure la base
De ce curieux récit, presque un petit roman,
A la vie de la belle apporte un ornement,
Car il suspend le temps comme fait une extase.

Quels rêves faisais-­tu au château endormi,
Voyais-­tu, dans le noir, les yeux de ton promis,
Ou la mauvaise fée que son ire envenime ?

Ainsi le quotidien fait de nous des dormeurs
Dont l’esprit engourdi, comme du feu qui meurt,
Rêve, confusément, qu’un prince le ranime.

Advertisements