Une fourmi

Chinese boat

Peinture de Dai Jin

Jour et nuit sur la terre au même instant existent.
Vie et mort en mon âme ont droit de s’exprimer ;
Si je ne parviens pas à les faire rimer,
La chose reste vraie, leur conjonction subsiste.

Nul ne sait pour combien de nouveaux tours de piste
Je peux courir encore et danser et trimer.
Le couperet final n’est pas pour nous brimer,
C’est à devoir mourir que notre vie consiste.

Heureux ce bref répit s’il nous permet de rire,
De boire et de chanter. Car tout ce qui respire
A le même destin que feuilles en hiver.

Heureuse la fourmi posée sur la brindille
Naviguant au ruisseau, sur qui le soleil brille :
Elle a foi dans son sort et dans notre univers.