La fin du parcours

Paisible

Photographie de Kōzaburō Tamamura

En rêve il se souvient de celui qu’il était,
Son passé de corbeau, il le voit clairement,
Ses noirs envols visant en vain le firmament,
Son désir d’un plumage aussi blanc que le lait.

Plus ne sera corbeau, même s’il le voulait.
En primate il finit sa vie, bien sagement,
Puis il ira dormir, petit tas d’ossements.
Le cycle aura ainsi été rendu complet.

C’est vrai qu’il est des jours où s’enivre l’esprit
D’aimer, de versifier, ou simplement, il rit
D’un pissenlit lançant au loin ses parachutes ;

Mais tout cela se fait en attendant la mort
Qui abolit le deuil, la peine et le remords.
Dès l’envol on s’attend à finir par la chute.

Advertisements