Cupidon au Parnasse

toulouse-lautrec_the_kiss.1892

Toile de Toulouse-Lautrec

Ce n’est pas évident de construire des rimes
Pour noter ce que dit cent fois mieux le regard.
Prendre ses sentiments pour un point de départ
Peut être ressenti comme atteinte à l’intime.

Pourtant, offrir des vers qui telle chose expriment,
Ça contient des échos de magie, quelque part,
Même si ce ne sont que quelques mots hagards,
On sent que néanmoins ils touchent au sublime.

Les discours en écho, les gestes en accord,
La preuve que l’amour est toujours le plus fort,
Celui qui vous endort sur une même couche.

Seule une chose peut faire taire ce chant,
C’est l’instant où nos corps, enfin se rapprochant,
Se voient coeur contre coeur et bouche contre bouche.