Un inframonde

0034

Toile de Alfred Kubin

A l’Est chaque matin apparaît le soleil
Tout le jour il avance et donne sa lumière
Et chaque jour il tombe à son heure dernière
Derrière l’Ouest il semble abriter son sommeil

Mais il est obligé de rester en éveil
Car pour se lever à sa place coutumière
D’Ouest en Est il lui faut franchir la Terre entière
Avançant sous le sol d’un effort sans pareil

A moi ma nuit aussi est dans un inframonde
Un univers bizarre où la magie abonde
Où le décor est sombre et les êtres tordus

Et j’aime ce parcours dans un étroit tunnel
Inframonde au pouvoir des dieux originels
Et du plus grand d’entre eux un amour éperdu

Advertisements